Antoine Lemelin

J’ai obtenu un baccalauréat multidisciplinaire en 2019 à l’Université de Sherbrooke, cumulant des certificats en philosophie, psychologie et politique. Je poursuis présentement ma maîtrise en philosophie à l’Université de Laval sous la supervision de Patrick Turmel (Ph. D). Mes intérêts académiques ont toujours été larges, et je vois la philosophie comme cette discipline mère capable d’articuler et de combiner l’essentiel des disciplines qui me tiennent à cœur. Parmi celles-ci se trouvent la politique, la métaéthique, la psychologie, l’histoire et la philosophie. L’objectif général de mes recherches est d’expliquer le comportement humain dans toute sa diversité, de là l’importance et la nécessité d’une approche multidisciplinaire.

C’est avec joie que j’ai l’opportunité d’aborder le mystère du comportement humain par l’entremise de mon projet de mémoire intitulé Expliquer l’émergence des normes sociales : entre psychologie évolutionniste et histoire culturelle. Je tenterai ici de repenser la relation entre la normativité ainsi que la condition humaine, plus particulièrement en ce qui concerne l’impact que la nature humaine pourrait avoir dans l’élaboration des normes sociales. Afin d’y parvenir, j’y confronterai les travaux du philosophe Jesse J. Prinz et du psychologue évolutionniste Clare W. Graves. Prinz affirme que seule la culture peut être productrice de moralité, et que les évolutionnistes sont fondamentalement dans l’erreur lorsqu’ils utilisent uniquement la biologie afin d’expliquer l’émergence des normes. J’aborderai cette critique de Prinz envers la psychologie évolutionniste en tentant de démontrer premièrement la compatibilité entre ces deux positions, et deuxièmement en pointant la nécessité de l’explication psychologique afin de réaliser pleinement le projet prinzien d’explication du progrès moral.